Le Magazine d’OeDansLo #2 vient de sortir de presse – #Mode #Cinéma #Chanson #Humeur

La Photo Mode du Jour

chloe-fete-ses-60-ans_1114768

La Marque Chloé a fêté ses 60 ans en 2012 ! Chloé est une maison de mode française fondée en 1952 par Gaby Aghion. En 1966, Karl Lagerfeld, après avoir travaillé pour la maison Jean Patou, est le principal créateur de la maison et Chloé devient l’une des marques emblématiques des années 1970 avec ses jupes longues et fluides, ainsi que ses chemisiers vaporeux. Le créateur est «au sommet de son art» Jackie Kennedy, Brigitte Bardot, Maria Callas et Grace Kelly sont clientes. La première boutique Chloé ouvre au 3 rue Gribeauval à Paris en 1971, dont Jeannette Alfandari prend la direction. Deux ans plus tard, le premier parfum, nommé « Chloé », est lancé, et la marque ouvre un nouveau point de vente rue du Faubourg-Saint-Honoré.

L’Objet Insolite du Jour

24136567_pJe pense qu’il est urgent de faire appel aux Profiler de la série « Esprits Criminels » – Criminal Minds ; Tueur psychopathe en série à l’horizon, non ?!

D’urgence, établier son profil ….

Le Président du Jour

Autant pour moi, cette catégorie n’a pas lieu d’être, car de Président (de la république), il n’y en a pas … Juste une erreur de copier-coller du magazine de la semaine dernière …

La Bande-Annonce du Jour

Mère et Fils, Ours d’or au festival de Berlin en 2013, dresse l’état des lieux d’une société divisée entre puissants et misérables, entre ceux que leur conscience (morale, politique) n’étouffe pas et les autres. Porté par Luminita Gheorghiu – actrice exceptionnelle, Mère et Fils est un film roumain réalisé par Calin Peter Netzer, absolument poignant …

Synopsis : Cornelia a 60 ans : son fils, Barbu, 34 ans, brave son autorité pour gagner son indépendance. Il évite sa mère autant que possible. Quand Cornelia apprend que Barbu est impliqué dans un accident tragique, son instinct maternel s’empare d’elle. Elle utilise alors toutes ses compétences, ses amis bien placés et son argent pour éviter à son fils la prison. Elle attend de lui qu’il redevienne l’enfant dépendant de l’époque. Mais la frontière entre amour maternel et manipulation est mince… Sera-t-elle en mesure de lâcher prise et de laisser son fils prendre enfin son envol ?

(Sources « Première« )

Le Conte de Fée du jour Au Luxembourg (mais non, pas le jardin, m’enfin)

Ayant convolé en justes noces en septembre dernier, « Leurs Altesses Royales le Grand-Duc et la Grande-Duchesse ont la grande joie d’annoncer que le Prince Félix et la Princesse Claire attendent Leur premier enfant. La naissance est prévue pour le mois de juin. Le Grand-Duc, la Grande-Duchesse, le Grand-Duc Jean et toute la Famille grand-ducale, ainsi que la famille Lademacher, s’associent à ce grand bonheur« , a fait savoir dans un communiqué publié mardi 14 janvier 2014 le maréchalat de la cour grand-ducale.

J’ai compté ; le compte est bon !

Pour voir les photos en Diaporama, il vous suffit de cliquer sur l’une d’elles.

Les Anniversaires du Jour

English: Etienne Daho performing at the Olympi...

Hier 14 janvier, était l’anniversaire d‘Etienne Daho, le génie de la chanson française.

tumblr_m5ke91it5Q1r6mz9ro1_500

Daniel Balavoine

Ainsi que de la fabuleuse Faye Dunaway, totalement iconique.

C’était également l’anniversaire de la mort tragique de Daniel Balavoine en 1989.

Moliere

Et s’il avait été vivant (Faisons un rêve …) cela aurait été l’anniversaire de Monsieur Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière né un 15 janvier 1622 et mort le 17 février 1673 à l’âge de 51 ans.

« Ils n’entendent point, et ma sonnette ne fait pas assez de bruit. Drelin, drelin, drelin : point d’affaire. Drelin, drelin, Drelin : ils sont sourds. Toinette ! Drelin, drelin, drelin : tout comme si je ne sonnais point. Chienne, coquine! Drelin, drelin, drelin : j’enrage. Drelin, drelin, drelin : carogne, à tous les diables ! Est-il possible qu’on laisse comme cela un pauvre malade tout seul ? Drelin, drelin, drelin : voilà qui est pitoyable ! Drelin, drelin, drelin : ah, mon Dieu! Ils me laisseront ici mourir. Drelin, drelin, drelin. (Molière, Le Malade imaginaire, acte I, scène 1.)

Extrait du Film Fabuleux d’Ariane Mnouchkine « Molière« 

« La scène de la mort’ si bien menée par la création de cette sensation d’un temps qui n’en finit pas, monter, rester sur place, monter, redescendre puis remonter, et encore et encore, puis rester là pour l’éternité…

Ceux qui ont fait à juste titre, de Molière un Dieu comprendront.

La pochette d’Album Culte du jour

Breakfast in America de Supertramp – sortie en 1979

qui est le sixième album studio du groupe Supertramp. La pochette de celui-ci est cultissime et qui l’aura oubliée la reconnaîtra lorsqu’il la verra. Plus qu’une « usine » à tubes avec trois titres phares « Logical Song« , « Goodbye Stranger » et « Breakfast in america« , l’album fut un succès mondial, le plus important du groupe Supertramp !

Supertramp-Breakfast-In-America

En écoute, j’ai choisi pour vous « Goodbye Stranger ».

La Photo Vintage du Jour

ecca63b74a2ea9c178cb7ea5ca6fb11e
LIFE Magazine December 24, 1956 issue

La Chanson Sensuelle du Jour :

« Hey Joe » par Charlotte Gainsbourg

Cette version de Billy Roberts, chanson rendue célèbre par Jimi Hendrix, fait partie de la Bande Original du Film Nymphomaniac – Volume 1 de Lars Von Trier sorti le 1er janvier dernier (le Volume 2 sortira le 29 janvier prochain) dans lequel Charlotte Gainsbourg joue le rôle de Joe, auto-diagnostiquée nymphomane qui raconte de sa naissance jusqu’à l’âge de 50 ans son parcours érotique. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l’avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie.

Seligman joué merveilleusement par l’acteur Stellan Skarsgard écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.

Le Coup de Gueule du Jour et la Chanson Punk du Jour

Parce que j’ai mal à mon pays, parce que j’ai mal à ma France, à notre France, que toutes les valeurs ont foutu le camp … Que cela est dangereux pour l’avenir proche de notre pays, très proche … Que les galipettes de certains nous ridiculisent tous au niveau international ; que la France n’est plus un pays respecté ! La France ne compte plus sur l’échiquier politique international. Des fantoches …

Que nous souffrons également sous le poids de l’Administration publique qui devrait agir dans l’intérêt général ! Ce sont les textes qui le disent …  Qu’il y a une distorsion absolument aberrante entre la manière dont sont traités les habitants de la ville de Paris – intra muros – et le reste de la France.

Déplacée à Marseille par obligation, je vois un décalage inimaginable. Les organismes sociaux ne fonctionnent pas pareils ; les mairies ne fonctionnent pas pareilles !

Et ce n’est pas pour le mieux, c’est pour le pire ! Rien ne fonctionne.

Parce qu’il est facile que les gens soient laissés seuls à crever dans l’indifférence totale dés que la famille disparaît ou s’éloigne d’eux lors d’accidents de la vie  – je comprends mieux maintenant comment on peut se retrouver dans la rue … abandonnés de tous, tout en ayant un niveau intellectuel élevé, une culture générale au-delà de la moyenne, de hautes études menées et bien menées, un poste de direction difficile et donc une profession respectée exercée pendant des années, avec un salaire de bon niveau, en cohérence avec le niveau et le poste occupé  – enfin sans compter l’inégalité des salaires hommes/femmes, toujours bien présente dans notre société et totalement inadmissible car sans fondement aucun.

Il suffit d’un rien pour tomber, un grain de sable … personne pour vous ramasser !

Alors, je pense à la Marseillaise … Ironie du sort !

Et mes années « Hard-Rock-Punk » …. (Oui, oui …) – et bien évidement au célèbre « No future » de « God save the queen »by the Sex Pistols … chanson culte !

************************

C’est tout pour aujourd’hui ; j’espère que vous avez apprécié cette version #2 du Magazine d’OeDansLo qui paraîtra tous les mercredis.

Ce numéro est moins léger que celui de la semaine dernière, mais à mon sens, tout aussi intéressant … enfin, c’est ce que pense ; je ne vais pas vous dire, ne lisez pas, c’est nul …

J’attends vos commentaires, avis et impressions avec impatience, je puis vous l’assurer !

Publicités

Une photo, une image, un geste, un corps, une allure – Brigitte Bardot

http___s1.favim.com_orig_26_bampw-beautiful-black-and-white-blonde-brigitte-bardot-Favim.com-226291

Et un mini-short en vichy … rose ?! Sans doute !

Un décolleté à mourir, des jambes parfaites, de longs bras savamment musclés, sa longue chevelure …

Brigitte Bardot cor 02

Cette année, Brigitte Bardot l’inspire !

Pourquoi ?!

Un retour à la féminité ? A une certaine simplicité, à une beauté naturelle, moins travaillée ?!

Peut-être …  Un peu de fraîcheur et d’innocence.

Et une envie de liberté !

 

Quand Brigitte Bardot ne ressemble qu’à elle-même et inspire Rachel Zoe

bardotfeatured
Brigitte Bardot

 

 

Marilyn multiple – Incroyable Photo de Richard Avedon

Marilyn Monroe » par Richard Avedon – 1958

English: Richard Avedon (1923 – 2004) wa...

Richard Avedon (15 mai 1923 – 1er octobre 2004) est un photographe de mode et un portraitiste américain.

Il a réalisé un travail qui allait du reportage photo à la mode, des orphelins de Danang pendant la guerre du Viêt Nam aux portraits de Marilyn Monroe, Brigitte Bardot ou Sophia Loren. Il restera connu pour ses innombrables portraits en noir et blanc. Avedon a su faire de la photographie un art véritable après avoir initialement rencontré le succès avec la photographie de mode.

Quant à Marilyn, « […] ni tout à fait la même, Ni tout à fait une autre […] Mon rêve familier – Poèmes Saturniens – Paul Verlaine.

En Direct de la Croisette : Jean-Louis Trintignant renoue avec le Cinéma – Une histoire d’Amour

Retour en arrière :

1956 – Jean-Louis, Trintignant joue les jeunes premiers dans « Et Dieu Créa la Femme », film devenu culte avec Brigitte Bardot.

20 mai 2012 – A 81 ans, en veste noir le cou entouré d’une longue écharpe beige à rayures, Jean-Louis Trintignant est accueilli avec chaleur et émotion en cette journée de dimanche, en conférence de presse à Cannes où « Amour » le film de Michel Haneke, en compétition, marque son retour à l’écran après 14 ans d’absence.

Le comédien, Prix d’interprétation à Cannes en 1969 pour « Z », n’était pas revenur sur la Croisette depuis 1998, quand il était venu pour le film de Patrice Chéreau, « Ceux qui m’aiment prendront le train« .

Cover of "Those Who Love Me Can Take the ...
Cover of Those Who Love Me Can Take the Train

« Je ne voulais plus faire de cinéma, seulement du théâtre », reconnaît-il.

« Mais Haneke est l’un des plus grands cinéastes du monde, c’était une opportunité. Je n’en ferai plus d’autre » disait-il, il y a peu de jours – ce soir, grâce à la Palme d’Or que le film a reçu, il semble avoir changé d’avis, et ce n’est pas le public qui le lui reprochera, bien au contraire.

Comment se lasser de Jean-Louis Trintignant ?

English: Michael Haneke Français : Michael Han...
Michael Haneke  (Photo credit: Wikipedia)

« Je suis fier et content de ce film. J’ai beaucoup souffert, c’était douloureux, mais beau. J’ai fait plus de cent films et d’ordinaire je ne m’aime pas au cinéma. Je fais d’ailleurs du théâtre parce qu’on ne se voit pas. Mais là, c’est la première fois que je suis content de m’être vu, je dis ça sans vanité », enchaîne-t-il, très en verve.

Pourtant, « c’était très, très difficile, je n’ai jamais vu de metteur en scène aussi exigeant … je ne vous le conseille pas », fait-il mine de se plaindre avec humour.

Pour illustrer l’extrême exigence du réalisateur, il raconte qu’il s’était cassé le poignet pendant la période du tournage « en tombant simplement de ma hauteur » et que Haneke lui faisait retirer son plâtre amovible pour courir après un foutu pigeon. « Deux jours entiers… il a fallu deux pigeons parce que le premier a fini par craquer » lâche-t-il en déclenchant un fou rire chez sa partenaire, Emmanuelle Riva, 85 ans, tandis que Haneke dément absolument, en riant lui-aussi.

Jean-Louis Trintignant est manifestement heureux d’être là, de retour de ce côté-ci du monde après les épreuves. Le début de la décennie a été dur, est-il nécessaire de le rappeler ? Par pudeur pour la douleur d’un père … je ne crois pas qu’il le faille.

Citons simplement que dans un livre d’entretiens paru le mois dernier (éditions du Cherche-Midi), le comédien se confie pour la première fois : « Rien au monde n’aurait pu m’atteindre davantage », dit-il. « Pendant deux mois, je suis resté prostré. Au bout de ce long temps, j’ai décidé de vivre, de revivre ».

Mais, ajoute-t-il alors, « mon existence n’est que l’ombre de ce qu’elle fut jadis ».

Emmanuelle Riva … ha, Emmanuelle Riva ! La comédienne de 85 ans ne semble pas non plus bouder son plaisir d’être là. Qui sait encore qui elle est ? Et bien, Michael Haneke tout d’abord puisqu’il l’a prise pour son film et c’est tant mieux.

C’est Alain Resnais qui l’a choisie pour son premier long métrage, « Hirorshima mon amour », qui la fera mondialement connaître.

Ensuite viendront des films, tels que 1961 : Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville : Barny, 1962 : Thérèse Desqueyroux de Georges Franju : Thérèse Desqueyroux, 1965 : Thomas l’imposteur de Georges Franju : la princesse de Bormes, 1976 : Au théâtre ce soir : Un mois à la campagne d’Ivan Tourgueniev, mise en scène Jean Meyer, réalisation Pierre Sabbaghthéâtre Édouard VII1982 : Y a-t-il un Français dans la salle ? de Jean-Pierre Mocky : Adélaïde Tumelat, 1982 : Les Yeux, la bouche de Marco Bellocchio : la mère, 1989 : La Passion de Bernadette de Jean Delannoy : Mère Marie-Thérèse Vauzou, 1991 : Pour Sacha d’Alexandre Arcady : Mme Malka, 1993 : Trois Couleurs : Bleu de Krzysztof Kieślowski : la mère, 1993 : L’Ombre du doute de Aline Issermann : la grand-mmère, 1997 : XXL de Ariel Zeitoun : Sonia Stern, 1999 : Vénus beauté (institut) de Tonie Marshall : la tante Lyda, 2006 : Mon fils à moi de Martial Fougeron : la grand-mère, 2008 : Le Grand Alibi de Pascal Bonitzer : Geneviève Herbin, 2008 : Un homme et son chien de Francis Huster : la femme croyante à l’église etc …

En images, l’équipe du film pour le photo-call à la sortie de la conférence de presse et le soir pour la montée des marches lors de la projection du film ainsi que quelques photos d’Emmanuelle Riva dans « Hiroshima mon Amour » – visibles en Diaporama

27 mai 2012 : La Palme d’or est décernée à « Amour » de Michael Haneke » !

Si vous avez manqué la remise de la Palme d’Or ou pour revoir ce beau moment, plein d’émotion, c’est ici

Le Film, une histoire d’amour en huit-clos, intimiste, nous parle de l’amour absolu, de la vieillesse, de la maladie, de la déchéance physique et de la douleur, et l’amour qui demeure malgré tout, toujours là, fort et présent … « Amour », sortira le 24 octobre en France ; il faudra attendre, cela sera long mais toujours moins que la vieillesse et ses conséquences qui finira par tous nous rattraper un jour ou l’autre … Et que personne n’attend avec impatience parce que personne ne l’attend du tout.

Maintenant, je vous laisse regarder la bande annonce du film

 

The Rachel Zoe Pre-Fall Automne 2012

Rachel Zoe arriving at Diane Von Furstenberg show.
Rachel Zoe arriving at Diane Von Furstenberg show.

Dans mon article Behind the Scenes of the Rachel Zoe Pre-Fall Lookbook Shoot, je vous présentais la nouvelle pré-collection automne 2012 de Rachel Zoe qui venait de d’arriver dans les magasins les plus réputés aux Etats-Unis, à l’occasion de l’exclusivité offerte par la célèbre styliste/designer à « InStyle.com‘ de pénétrer dans les coulisses de sa séance photo   !

Dans la vidéo de cette séance, Rachel Zoe nous expliquait que cette collection s’inspirait des années 60, faite de jupes maxi, fluides et légères, de vestes de cuir, d’ imprimés, de jeux de noir et blanc et qu’elle s’adressait en particulier à une femme qui tout en aimant la mode n’aurait jamais vraiment osé s’y essayer pensant que l’exercice lui était hors de portée. C’est dans cet esprit que Rachel Zoe nous disait « Alors, elle va pouvoir acheter une robe et la porter de cinq manières différentes. Je pense vraiment que c’est sur les diverses manières de porter chaque pièce de ma collection qu’a été l’un de mes principaux objectifs.”

C’est maintenant les photos de sa pré-collection que je vous laisse découvrir 


Rachel Zoe a apporté à sa sensibilité très années 70 une petite dose de quelque chose de nouveau, la mode des années 60 ! On le sait depuis toujours son icône  « fashion » n’est autre que Brigitte Bardot. On y retrouve les mini-jupes à la Mary Quant, les pantalons qui s’arrêtent à la cheville, de charmantes mini-robes qui se mèlent à des pantalons slim évasés, des blazers cintrés doublés de fourrure, de maxi-robes flottantes et fleuries – toutes pièces qui font maintenant partie de la signature de Rachel Zoe ! Les silhouettes sont structurées, quelques touches de couleur – rouge vif, fuchsia, et cyan ici et là viennent à point nommé contraster ce qui était aurait pu être une collection plus classique composée de noir, taupe, gris et crème. A tout cela s’ajoute un peu du glamour californien avec quelques paillettes, de la mousseline imprimée et beaucoup de fausse fourrure.

I die for her new collection!

———

Je vous invite également à lire ou à relire mes articles consacrés à Rachel Zoe