Arrêt sur Image – L’affiche du Festival de Cannes 2014

Après Faye Dunaway en 2011, Marilyn Monroe à qui on rend hommage en la choisissant comme effigie en 2012 à l’occasion du 65e anniversaire du Festival de Cannes, Joanne Woodward et Paul Newman, un couple qui incarne à la perfection l’esprit du cinéma, c’est à Marcello Mastroianni de figurer sur l’affiche de la 67ème édition du Festival de Cannes 2014.

After Faye Dunaway in 2011, Marilyn Monroe who were paying tribute by choosing as effigy in 2012 on the occasion of the 65th anniversary of the Cannes Film Festival, Joanne Woodward and Paul Newman, a couple who perfectly embodies the spirit of the cinema, this is Marcello Mastroianni to be displayed on the poster for the 67th edition of the Cannes Film Festival 2014.

 

Festival-de-Cannes-2014-Qui-sont-les-membres-du-jury_width620

 

Et quelle affiche magnifique !

Hervé Chigioni et son graphiste Gilles Frappier ont conçu et réalisé celle-ci à partir d’un photogramme tiré du film « Huit et demi » de Federico Fellini, qui fut présenté en Sélection officielle en 1963.

Avec Marcello Mastroianni et Federico Fellini, c’est un cinéma libre et ouvert au monde que l’on célèbre, c’est redire l’importance artistique du cinéma italien et européen à travers l’une de ses figures les plus mythiques.

« Son regard par-dessus ses lunettes noires nous rend complices d’une promesse de joie cinématographique mondiale. » explique l’auteur de l’affiche. « La joie de vivre ensemble le Festival de Cannes. »

Mais c’est aussi une promesse de séduction, de mystère et de fascination.

Avec ses films, Marcello Mastroianni continue d’incarner ce que le cinéma a de plus innovant, anticonformiste et poétique. En découvrant l’affiche, Chiara Mastroianni, fille de l’acteur, a glissé ces quelques mots :

« Je suis très fière et très touchée que Cannes, avec son affiche, ait fait le choix de rendre hommage à mon père. Je la trouve très belle et très moderne. Et je le trouve très beau et très moderne : une douce ironie et la classe du détachement. Tellement lui, quoi ! »

Voici là scène du film qui a inspiré les créateurs de l’affiche :

And What a splendid poster!

With Marcello Mastroianni and Federico Fellini, this is a free movie and open to the world that we celebrate and to mark the  artistic importance of the Italian and European cinema through one of its most legendary figures.

« His glance over his sunglasses makes us complicit in a promise of world cinema joy.  » says the author of the poster.  » The joy of living together the Cannes Film Festival. » 

But it is also a promise of seduction, mystery and fascination.

With his films, Marcello Mastroianni continues to embody what cinema has more innovative, unconventional and poetic. Discovering the poster, Chiara Mastroianni, daughter of the actor, slipped these words :

« I am very proud and touched that Cannes, with its poster, has chosen to pay tribute to my father. I find it very beautiful and very modern. And I find him very beautiful and modern : a gentle irony and detachment class . So him, what! »

Here there scene from the movie that inspired the creators of the poster:

 

 

Meilleure scène du film autobiographique de Federico Fellini, 8 ½, le personnage Guido joié par Marcello Mastroianni plonge dans son imagination en essayant de trouver la scène d’ouverture de son prochain long métrage. Il visualise la magnifique Claudia Cardinale glissant sur la scène et être la jeune fille qui lui offre son prochain verre d’eau fraîche salvateur. Cette scène s’imprime dans l’esprit de chaque spectateur aidée en cela par la musique de l’ouverture du Barbier de Séville de Rossini. Claudia Cardinale est tout simplement à couper le souffle.

Best scene in Federico Fellini’s autobiographical film, 8½., the caracter Guido played by Marcello Mastroianni delves within his imagination trying to find the opening scene for his next feature film. He visualizes the absolutely stunning Claudia Cardinale gliding across the scene and being his water maiden, his next fresh drink of water, his salvation. This scene is imprinted in the back of every viewer’s mind with the help of Rossini’s Barber of Seville overture playing in the background. Claudia Cardinale is simply breathtaking.

N'hésitez pas à commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s