PHOTOS   Cannes 2012   Isabelle Huppert  encore si belle aux côtés de Jean Louis Trintignant et Hong Sang Soo 2

En Direct de la Croisette : Jean-Louis Trintignant renoue avec le Cinéma – Une histoire d’Amour

Retour en arrière :

1956 – Jean-Louis, Trintignant joue les jeunes premiers dans « Et Dieu Créa la Femme », film devenu culte avec Brigitte Bardot.

20 mai 2012 – A 81 ans, en veste noir le cou entouré d’une longue écharpe beige à rayures, Jean-Louis Trintignant est accueilli avec chaleur et émotion en cette journée de dimanche, en conférence de presse à Cannes où « Amour » le film de Michel Haneke, en compétition, marque son retour à l’écran après 14 ans d’absence.

Le comédien, Prix d’interprétation à Cannes en 1969 pour « Z », n’était pas revenur sur la Croisette depuis 1998, quand il était venu pour le film de Patrice Chéreau, « Ceux qui m’aiment prendront le train« .

Cover of "Those Who Love Me Can Take the ...

Cover of Those Who Love Me Can Take the Train

« Je ne voulais plus faire de cinéma, seulement du théâtre », reconnaît-il.

« Mais Haneke est l’un des plus grands cinéastes du monde, c’était une opportunité. Je n’en ferai plus d’autre » disait-il, il y a peu de jours – ce soir, grâce à la Palme d’Or que le film a reçu, il semble avoir changé d’avis, et ce n’est pas le public qui le lui reprochera, bien au contraire.

Comment se lasser de Jean-Louis Trintignant ?

English: Michael Haneke Français : Michael Han...

Michael Haneke  (Photo credit: Wikipedia)

« Je suis fier et content de ce film. J’ai beaucoup souffert, c’était douloureux, mais beau. J’ai fait plus de cent films et d’ordinaire je ne m’aime pas au cinéma. Je fais d’ailleurs du théâtre parce qu’on ne se voit pas. Mais là, c’est la première fois que je suis content de m’être vu, je dis ça sans vanité », enchaîne-t-il, très en verve.

Pourtant, « c’était très, très difficile, je n’ai jamais vu de metteur en scène aussi exigeant … je ne vous le conseille pas », fait-il mine de se plaindre avec humour.

Pour illustrer l’extrême exigence du réalisateur, il raconte qu’il s’était cassé le poignet pendant la période du tournage « en tombant simplement de ma hauteur » et que Haneke lui faisait retirer son plâtre amovible pour courir après un foutu pigeon. « Deux jours entiers… il a fallu deux pigeons parce que le premier a fini par craquer » lâche-t-il en déclenchant un fou rire chez sa partenaire, Emmanuelle Riva, 85 ans, tandis que Haneke dément absolument, en riant lui-aussi.

Jean-Louis Trintignant est manifestement heureux d’être là, de retour de ce côté-ci du monde après les épreuves. Le début de la décennie a été dur, est-il nécessaire de le rappeler ? Par pudeur pour la douleur d’un père … je ne crois pas qu’il le faille.

Citons simplement que dans un livre d’entretiens paru le mois dernier (éditions du Cherche-Midi), le comédien se confie pour la première fois : « Rien au monde n’aurait pu m’atteindre davantage », dit-il. « Pendant deux mois, je suis resté prostré. Au bout de ce long temps, j’ai décidé de vivre, de revivre ».

Mais, ajoute-t-il alors, « mon existence n’est que l’ombre de ce qu’elle fut jadis ».

Emmanuelle Riva … ha, Emmanuelle Riva ! La comédienne de 85 ans ne semble pas non plus bouder son plaisir d’être là. Qui sait encore qui elle est ? Et bien, Michael Haneke tout d’abord puisqu’il l’a prise pour son film et c’est tant mieux.

C’est Alain Resnais qui l’a choisie pour son premier long métrage, « Hirorshima mon amour », qui la fera mondialement connaître.

Ensuite viendront des films, tels que 1961 : Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville : Barny, 1962 : Thérèse Desqueyroux de Georges Franju : Thérèse Desqueyroux, 1965 : Thomas l’imposteur de Georges Franju : la princesse de Bormes, 1976 : Au théâtre ce soir : Un mois à la campagne d’Ivan Tourgueniev, mise en scène Jean Meyer, réalisation Pierre Sabbaghthéâtre Édouard VII1982 : Y a-t-il un Français dans la salle ? de Jean-Pierre Mocky : Adélaïde Tumelat, 1982 : Les Yeux, la bouche de Marco Bellocchio : la mère, 1989 : La Passion de Bernadette de Jean Delannoy : Mère Marie-Thérèse Vauzou, 1991 : Pour Sacha d’Alexandre Arcady : Mme Malka, 1993 : Trois Couleurs : Bleu de Krzysztof Kieślowski : la mère, 1993 : L’Ombre du doute de Aline Issermann : la grand-mmère, 1997 : XXL de Ariel Zeitoun : Sonia Stern, 1999 : Vénus beauté (institut) de Tonie Marshall : la tante Lyda, 2006 : Mon fils à moi de Martial Fougeron : la grand-mère, 2008 : Le Grand Alibi de Pascal Bonitzer : Geneviève Herbin, 2008 : Un homme et son chien de Francis Huster : la femme croyante à l’église etc …

En images, l’équipe du film pour le photo-call à la sortie de la conférence de presse et le soir pour la montée des marches lors de la projection du film ainsi que quelques photos d’Emmanuelle Riva dans « Hiroshima mon Amour » – visibles en Diaporama

27 mai 2012 : La Palme d’or est décernée à « Amour » de Michael Haneke » !

Si vous avez manqué la remise de la Palme d’Or ou pour revoir ce beau moment, plein d’émotion, c’est ici

Le Film, une histoire d’amour en huit-clos, intimiste, nous parle de l’amour absolu, de la vieillesse, de la maladie, de la déchéance physique et de la douleur, et l’amour qui demeure malgré tout, toujours là, fort et présent … « Amour », sortira le 24 octobre en France ; il faudra attendre, cela sera long mais toujours moins que la vieillesse et ses conséquences qui finira par tous nous rattraper un jour ou l’autre … Et que personne n’attend avec impatience parce que personne ne l’attend du tout.

Maintenant, je vous laisse regarder la bande annonce du film

 

N'hésitez pas à commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s