Et si on dansait la « Paule Ka » ?

Serge Cajfinger est un créateur de mode français.

Né en 1955 et originaire de Lille, il passe une grande partie de son enfance au Brésil avant de revenir sur sa terre natale à l’adolescence.

« On n’est pas maître de soi à 14 ans. Ça a été dur. Le ciel gris, les couleurs différentes, la luminosité plus faible … Je me suis encore plus plongé dans les vêtements. »

Il faut le reconnaître, son destin était un peu cousu de fil blanc : son père était directeur de la filiale brésilienne de la Lainière de Roubaix.

« Ma vie est partie d’un rêve. Je voulais créer des vêtements et avoir des boutiques partout ! J’ai retrouvé récemment dans les affaires de ma grand-mère un mot qui disait à mon propos : « Il a neuf ans et dans la rue, il ne fait que regarder comment sont habillés les gens. » »

Rêve exaucé. Serge Cajfinger a sa griffe, Paule Ka.

C’est dans la ville de Lille qu’il commence à travailler pour Yves Saint Laurent, un couturier qu’il admire beaucoup. Mais le jeune styliste rêve de voler de ses propres ailes et ouvre avec sa mère et sa tante Paule, rue du Sec-Arembault à Lille, une boutique multimarques durant l’année 1974 déjà baptisée Paule KA.

Il s’agit d’un magasin qui regroupe tout un panel de marques qui accompagnera l’ascension des futurs grands : d’Azzedine Alaïa à Montana en passant par Thierry Mugler et Kenzo.

Cette passerelle entre le rêve des defilés parisiens et la complicité des clientes côtoyées au quotidien aiguise sa conscience du corps et des envies des femmes.

« Quand j’ai eu trente ans, je suis reparti au Brésil. Et puis je me suis dit que la mode, c’était à Paris que ça se passait. »

Il revient don en France. Et c’est à Paris, en 1987, qu’il il sort sa griffe avec ses propres créations cette fois. Simplicité. Élégance. Vêtements bicolores.

Intitulée « Paule Ka » et située dans le quartier du Marais, la marque se fait rapidement connaître auprès de la gent féminine, vivement séduite par la petite robe noire qui fera la notoriété de Paule Ka.

Rapidement les codes s’installent : le noir et le blanc, une approche picturale de la couleur qui évolue au fil des saisons, de flash monochromes en tons poudrés, les coupes décalées, le tailleur, le noeud, l’organza et les fameuses robes noires, l’un des musts maison depuis 20 ans dans un sens du trait et du volume en mouvement.

Serge Cajfinger élabore des collections élégantes à partir de matériaux très nobles. Avec toujours cette façon de casser les académismes et de jouer les contrastes, la rondeur et la géométrie, l’humour et la séduction, la rigueur des coupes et les détails décalés, à l’image des souliers-sculptures désormais attendus à chaque collection.

Une façon de capter l’air du temps sans en être victime qu’illustrent aussi les accessoires, du panier créé en 1995 et décliné chaque saison. Encore un hommage à la belle Audrey Hepburn qui en portait avec son vison au Cabas Ka, en passant pas le Kaprice, dernier-né des it-bags de la Maison.

Ci-dessous, la collection Paule Ka Printemps-Eté 2012 et quelques photos de son créateur

Les photos à voir en diaporama, image par image, par une simple clic sur l’une d’elles.

Aujourd’hui, il aime décliner ce qui a fait son succès aux bijoux ou aux tenues de petites filles en rêvant, encore, de lingerie et de parfum.

«Je n’ai jamais eu autant d’idées que maintenant. Quand on a une certaine liberté, quand on n’est pas dans l’ego, on reste ouvert.»

Il n’y a que la mode masculine qui lui résiste.

« Les hommes ne m’inspirent pas. Moi, je m’habille toujours de la même façon, avec un jean et un haut noir ou bleu marine ! »

Serge Cajfinger vit à Paris et revient rarement dans le Nord. Il fait parfois un aller-retour pour déjeuner avec des amis qui viennent plus souvent lui rendre visite dans la capitale. « Les amitiés qu’on se fait dans le Nord, c’est pour la vie ! »

Son équilibre, il le trouve au Brésil, mais aussi dans le yoga et la méditation.

« Ça n’aide pas mon ego : dans le milieu de la mode, ça le sauve ! Mon livre de chevet depuis 20 ans, c’est celui du dalaï lama.»

Il se passionne aussi pour l’architecture : «J’adore ça. Chez moi, j’ai plus de livres d’architecture que de mode. En fait, j’aime construire. Que ce soit des vêtements, des bâtiments… ou ma vie.»

Avec l’ouverture en 2007 du siège et du flagship Paule Ka au 223, rue saint-Honoré, la marque connaît aujourd’hui un succès fulgurant avec plus de 350 points de vente qui distribuent la marque à travers le monde, auxquels viennent de s’ajouter les nouvelles boutiques de Cannes, Maastricht, Dubaï et Singapour.

Vous l’aurez compris, OeDansLo adore la « PauleKa » ! Elle est entrée dans la danse et adore former un couple avec Serge Cajfinger grâce à une pièce vintage qu’elle possède depuis peu…

En serait-elle même tombée amoureuse ?

C’est en effet une possibilité qu’il ne faut pas écarter !

6 réflexions sur “Et si on dansait la « Paule Ka » ?

    • Merci pour ce commentaire !
      Oui, en effet, je trouve ce qu’il fait absolument sublime ! Du Courrèges, certes !
      C’est très chic parisien – apparemment, on sait encore le faire … il n’est pas mort !
      Cela est rassurant !

      J'aime

  1. C’est impressionnant de voir la maîtrise de la création, cette profusion où chaque ensemble est si parfait.
    Merci de nous faire découvrir sa collection.

    J'aime

    • Merci à vous pour ce commentaire qui me va droit au coeur car j’ai beaucoup travailler cet article que je voulais aussi « Parfait » que le travail de Serge Cajfinger qui nous offre avec sa Marque Paule Ka une image de la « Parisienne Chic »qui grâce à lui est présente et rayonne toujours à travers le monde ! …

      Non, la Mode en France n’est pas morte ! Son style n’a pas disparu dans la multitude des marques américaines, anglaises où italiennes qui semblait nous avoir mis sur la touche – alors que Paris a toujours été « La Capitale de la Mode » !

      C’était le message que je voulais faire passer également !

      Et Mesdames … Je vous en prie, soyez élégantes et belles … c’est si simple !

      J'aime

  2. Pingback: Quelles Chaussures pour aller danser la “Paule Ka” ? « OeDansLo

  3. Pingback: Look of the Day – Eva Longoria en Paule Ka à Berlin | OeDansLo

N'hésitez pas à commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s