G fait le point juste pour le plaisir

Frédéric VIGNALE, Réalisateur & Photographe à Paris

Mesdames, Messieurs, l’heure est grave !

Sortez vos centimètres et milimètres, vos mêtres de couture, vos régles d’écolière coquine, votre mètre de bricoleur (vous savez, le jaune en plastique qui se déroule …) peut-être même un compas (?) et prenez vos lunettes, votre loupe, votre stéstoscope, votre microscope, une lampe torche ou de poche !? Que sais-je … car il va falloir faire du précis, du pointu, du sévère, du sérieux, nous faire cela aux petits oignons, aller au plus profond du détail le plus infime et le plus intime. De la minutie et de la rigueur … beaucoup de rigueur !

En effet, à vous de découvrir la merveille depuis si longtemps proclamée et contestée, j’annonce : le Point G !

Et oui, il est de retour … comme les bourgeons au printemps !

Il semblerait qu’il mesure 8,1 mm de long, 3,6 mm de large et 0,4 mm de haut !

Bigre … Quelle précision !

C’est un médecin de l’Institut de gynécologie de St. Petersburg, en Floride, le docteur Adam Ostrzenskia qui a en effet publié sa découverte le mercredi 25 avril dans la revue scientifique The Journal of Sexual Medicineil dans lequel il affirme être en mesure de prouver l’existence du Point G.

Pour se faire, une petite précision scabreuse et digne des « Experts à St Petersburg » : ses recherches sont le résultat d’une dissection strate par strate de la paroi vaginale d’un « cadavre frais », celui d’une femme de 83 ans, décédée la veille d’un traumatisme crânien, relate Slate.fr.

Comme quoi, les parois vaginales n’ont pas d’âge lorsqu’il s’agit de les disséquer … Et à mon sens, le vagin n’était plus vraiment très frais – pensez donc, c’est qu’il avait quand même 83 ans, il avait dû en voir passer un certain nombre …

Passons …

Ainsi, notre cher ami Adam, qui oeuvre pour le bien de l’humanité, on l’aura tous compris, décrit le point G comme une sorte de « raisin noir », un « sac bien délimité » avec des parois constituées de « tissus érectiles ».

Cela se complique :

Il est situé à 16,5 mm de la partie supérieure du méat urétral, suivant un axe de 35° avec le bord latéral de l’urètre.

En clair (seriously?) : le point G se trouverait sur la paroi antérieure du vagin. Bon, de cela on en avait quand même une petite idée !

D’une grande humilité, notre cher ami gynécologue affirme que sa découverte est en mesure d’avoir un impact sur « la pratique et la recherche clinique sur l’organe sexuel féminin ».

C’est possible … Enfin, c’est pour ne pas vexer Herr Doctor !

Je pense que le prix Nobel devrait lui être décerné …

Pensons-y sérieusement …

Bonnes recherches et investigations à tous ! Courage, je suis de tout coeur avec vous … car maintenant, il va falloir le trouver et après des heures de recherches que je vous souhaite fructueuses, pensez à faire une marque avec un marqueur par exemple, ou à l’aide d’un Stabilo bien fluo pour pouvoir le retrouver dans la nuit, et ne pas le perdre à nouveau pour la prochaine fois, celle où l’envie de dormir légitimement venue après tout ces efforts dignes d’un chercheur d’or n’aura pas pris le pas sur le désir !

Exploration romantique

C’est compliqué de pouvoir jouir en toute tranquillité par les temps qui courent – un vrai métier d’ingénieur en BTP, de chirurgien, d’explorateur de terres inconnues ou de tueur en série … à vous de voir !

A vos devoirs.

Faites-vous plaisir !

N'hésitez pas à commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s